Combien coûte une assurance emprunteur ?

Si vous envisagez de contracter un prêt immobilier, vous devez déjà vous poser cette question. Avant toute chose, il faut savoir que le calcul des primes s’appuie sur plusieurs éléments : l’âge de l’assuré, son état de santé, le type de prêt, son montant, sa durée et les risques particuliers.

Deux méthodes de calcul

Pour calculer le montant de la cotisation, les établissements prêteurs s’appuient sur la base du capital restant dû ou sur la base du capital emprunté.

Première alternative

Si la banque s’appuie sur la base du capital restant dû, le montant des cotisations varie chaque année. Ces changements s’opèrent avec l’évolution du montant restant à payer. Autrement dit, la fluctuation se fait de manière proportionnelle pendant toute la durée de remboursement du prêt. Mais attention, l’âge de l’assuré impacte sur le montant de la cotisation. La banque considère que plus les années passent, plus les risques augmentent.

 

D’un point de vue plus concret, comprenez qu’au fil des années, les cotisations augmentent car les risques grandissent avec l’âge de l’assuré. Mais cette évolution se voit freinée par l’avancée des remboursements. Lorsque le capital restant dû diminue de manière significative, les cotisations réduisent elles aussi. Logique puisque le montant à rembourser est moins élevé.

Seconde alternative

Lorsque les banques s’appuient sur la base du capital emprunté, les cotisations restent inchangées durant toute la durée du prêt. En effet, le calcul se réfère uniquement à la somme empruntée.

La prime d’assurance est alors intégrée dans le calcul du TEG (Taux Effectif Global). Calculer le coût mensuel de l’assurance emprunteur est très facile, il faut multiplier le montant du capital emprunté par le taux proposé par l’assurance, puis diviser le résultat obtenu par 12.

Quels éléments impactent le coût de l’assurance de prêt ?

Il n’y a pas que la méthode de calcul qui influe sur le coût d’une assurance emprunteur. Il faut également considérer les éléments qui permettent aux banques et assureurs de déterminer le profil des emprunteurs. L’objectif étant de mettre en place un tarif adapté. En effet, celui-ci peut être majoré ou intégrer des exclusions en fonction des caractéristiques de l’assuré.

Le risque professionnel

Pour chaque emprunteur, les assureurs évaluent la stabilité de la situation professionnelle et répertorient les risques liés au secteur d’activité.

Le risque médical

Les antécédents médicaux, l’âge, les soucis de santé, la consommation de tabac et divers autres éléments entrent également en compte. Le but étant pour l’assureur d’évaluer les risques de manière objective.

Les sports à risques

Si vous pratiquez un sport dit à risque, celui-ci influencera le prix de votre assurance de prêt. En effet, l’assureur considérera que votre activité décuple les risques pour lui. Sports automobiles, parachutisme, deltaplane, canyoning, alpinisme et bien d’autres activités dangereuses doivent être déclarées à l’assureur.

 

Sachez que dans le cadre d’un prêt immobilier dont le montant atteint ou dépasse 200 000 euros, vous serez tenu de remplir un questionnaire de santé. Il est impératif de répondre avec honnêteté. En cas de fausse déclaration, vous risquez un refus d’indemnisation.

Précédent

Détective privé et policier : deux métiers bien différents et qui peuvent travailler main dans la main !

Suivant

10 Trucs et Astuces qui fonctionnent pour retrouver un sommeil profond et rapidement !

Nouveautés de Vie pratique